Financer des projets avec le financement participatif ou CrowdFunding

Le financement participatif, appelé également crowdfunding, permet de mettre en relation les porteurs de projets (créateurs, repreneurs d’entreprises, associations caritatives) et les contributeurs potentiels. En France, ce sont pas moins de 1,4 milliard € qui ont été collectés sur 2018 (baromètre KPMG-Association FPF). Explications sur ce phénomène de l’économie solidaire.

1 – Crowdfunding : le principe

Le crowdfunding s’est inscrit durablement dans le paysage du financement en France, et même avant sa réglementation depuis octobre 2014. Il consiste pour les « foules » (crowd) à financer des projets en dehors des circuits d’intermédiation traditionnels (banques).

D’un côté, donc, les contributeurs : entreprises, particuliers, disposant de moyens financiers liés à leur épargne. Ceux-ci sont prêts à contribuer pour des raisons philanthropiques, la volonté de faire partie d’un projet, la volonté d’aider un artiste apprécié ou l’avancement d’une cause humanitaire, …

De l’autre côté, les porteurs de projets à la recherche de fonds en dehors ou en sus des fonds issus des circuits de financement traditionnels. Quelques exemples :

– La construction d’un centre d’accueil par une association de protection de l’enfance,

– Le montage d’une pièce de théâtre itinérante,

– Le financement d’une opération du cœur d’un enfant dont les parents ont des ressources financières limitées,

2 – Les formes de financement participatif

Il y a principalement 4 formes de financement :

– Le DON : le contributeur offre des fonds pour soutenir un projet sans contrepartie formelle,

– La RECOMPENSE : le contributeur offre des fonds pour soutenir un créateur ou un entrepreneur, qui en échange, après le succès de son entreprise (album de musique, nouveau produit) offre quelque chose à chaque contributeur,

– Le PRET : le contributeur prête des fonds au projet via une plateforme de crowdfunding, à charge pour les porteurs du projet de rembourser ces fonds,

– La PRISE DE PARTICIPATION dans le capital de la société bénéficiaire, à hauteur de votre contribution. A ce titre, vous devenez actionnaire et avez droit aux futurs dividendes,

3 – Les plateformes de crowdfunding

Il s’agit des plateformes d’intermédiation en ligne, qui mettent en relation contributeurs et porteurs de projets. La 1ère étape pour un porteur de projet est donc naturellement d’ouvrir un compte sur l’une de ces plateformes, en tâchant d’inspirer, d’accrocher et retenir l’intérêt des contributeurs potentiels.

Un objectif de fonds collectés (par exemple, 50 000 €) est fixé par le porteur, pour une durée déterminée (par exemple, 6 mois). Les contributeurs valident leurs promesses de fonds, en renseignant le montant qu’ils souhaitent offrir. Au terme de ce délai, 2 possibilités :

– Objectif de fonds atteint : les comptes des contributeurs sont débités respectivement des montants promis, les porteurs reçoivent les fonds nets des commissions de la plateforme,

– Objectif non atteint : les comptes ne sont pas débités,

Comment économiser de l’argent avec des applications ?
Le cashback : le grand classique d’internet